Qualit de leau

QUELQUES PARAMETRES CONTROLES

Bactriologie

Nature et origine

Les eaux naturelles superficielles et, dans une moindre mesure les eaux souterraines, contiennent de nombreux micro-organismes (bactries, virus, parasites) dont certains peuvent tre pathognes pour lhomme. La contamination bactriologique des eaux dalimentation peut se produire la ressource, mais aussi survenir en un point quelconque du rseau de distribution.

Ces contaminations sont le plus souvent lies :

  • une dgradation chronique ou accidentelle de la qualit de la ressource : pollution (rejets deaux uses, de dchets divers, de djections humaines et animales), pisodes pluvieux
  • une mauvaise protection ou un manque dentretien des ouvrages de captage,
  • une dfaillance ou un manque dentretien du systme de traitement,
  • une contamination de leau au cours du transport ou du stockage : temps de sjour trop important, stagnation dans les rseaux, dfaut dentretien des ouvrages, entre deaux parasites

Effets sur la sant

La prsence dorganismes pathognes dans leau fait courir un risque court terme au consommateur. Les consquences de lingestion deau contamine dpendront de sa sensibilit (jeunes enfants, personnes ges, immunodprims), de la virulence des germes et de la dose absorbe.

Ces pathologies sont le plus souvent bnignes (troubles gastro-intestinaux, diarrhes, vomissements,), laugmentation du niveau dhygine et des techniques de traitement de leau dans les pays dvelopps ayant permis lradication des grandes maladies hydriques (cholra, fivre typhode, ). Le risque bactriologique ne doit cependant pas tre sous-estim, lincidence des eaux de mauvaise qualit sur la sant tant en effet mise en vidence dans les tudes pidmiologiques axes sur cette question.

Il convient de prciser que les gastro-entrites peuvent avoir dautres origines, notamment la consommation de produits alimentaires altrs et surtout une origine virale non alimentaire, cause de la survenue dpidmies hivernales accompagnes dune recrudescence des cas en juillet et aot (tude INSERM-RNSP 1996-1997).

Exigences de qualit

Le contrle de la qualit bactriologique des eaux est bas sur la recherche de germes tmoins de contamination fcale : Escherichia coli etEnterocoques.

Exigence de qualit rglementaire (Code de la Sant Publique) :
Les eaux dalimentation ne doivent contenir aucun micro-organisme pathogne et tre exemptes de toute bactrie tmoin dune contamination fcale.

Duret et agressivit

Nature et origine

La duret de leau ou titre hydromtrique (TH) correspond sa teneur en sels dissous de calcium et magnsium. La duret sexprime en degr franais (F) - un degr franais correspond 4 mg/l de calcium ou 2,4 mg/l de magnsium.
La duret de leau est directement lie la nature gologique des terrains traverss. Plus le TH est lev, plus leau est dure ou calcaire (et inversement, plus le TH est faible, plus leau est douce). Selon sa duret, sa minralisation globale exprime en conductivit (en micro-siemens ou μS) et son pH, leau pourra prsenter schmatiquement 3 comportements :

  • entartrante, cest dire susceptible de dposer du carbonate de calcium (calcaire), par exemple lintrieur des canalisations ;
  • lquilibre ;
  • agressive, cest dire susceptible de dissoudre le calcaire, les revtements en ciment ou les mtaux des canalisations.

Effets sur la sant

La duret de leau en elle-mme na pas deffet direct sur la sant. Cependant, des eaux douces, surtout si elles sont acides, peuvent favoriser la corrosion des mtaux des canalisations, librant des particules de fer, cuivre, zinc, plomb. Laccumulation de plomb dans lorganisme par ingestion deau peut ainsi entraner la maladie du saturnisme, dont les effets sont lis aux doses et la dure dexposition, et sappliquent essentiellement aux jeunes enfants et aux femmes enceintes. Elle se manifeste par de lanmie, un retard de dveloppement intellectuel, des troubles neurologiques, digestifs et rnaux.
Les eaux dures ne portent pas atteinte la sant. Elles prviennent la corrosion grce au dpt dune couche protectrice dans les canalisations, mais peuvent prsenter des inconvnients en terme de confort et de dure de vie des quipements mnagers : entartrage des tuyauteries, des chaudires, des appareils mnagers.
En cas dutilisation dun adoucisseur, un point daccs au rseau deau froide non adouci doit tre rserv pour la consommation, et un entretien adapt du dispositif doit tre maintenu.

Exigences de qualit

La duret de leau ne fait pas lobjet dune limite ou dune rfrence de qualit. Nanmoins, leau destine la consommation humaine ne doit pas tre agressive, notamment pour limiter les risques de corrosions des canalisations. Il est ainsi recommand davoir une duret suprieure 15F, une conductivit comprise entre 180 et 1000 μS, la valeur de pH devant obligatoirement tre comprise entre 6,5 et 9.
Le plomb a vu sa limite de qualit fortement abaisse, travers la directive europenne du 3 novembre 1998. Elle passe ainsi de 50 μg/l (microgrammes par litre) 25 μg/l pour fin 2003 et 10 μg/l pour fin 2013. Pour les rseaux aliments par une eau agressive (eau douce, conductivit et pH faible), il est recommand, lorsque leau a sjourn un certain temps dans les canalisations, de laisser couler leau quelques instants avant consommation pour vacuer le volume deau stagnant.

Autres paramtres

Turbidit

A la suite de fortes prcipitations, des matires en suspension sont susceptibles de troubler les eaux captes et de contaminer les rseaux de distribution.
Ces dgradations peuvent tre chroniques en labsence de filtration naturelle des terrains ; ce cas de figure est notamment rencontr pour les prises deaux superficielles ou les terrains fissurs.
La limite de qualit est de 1 unit FTU au point de mise en distribution, et la valeur de rfrence est de 2 FTU au robinet des consommateurs.

Nitrates

Une prsence excessive de nitrates dans les eaux souterraines et superficielles atteste dune dgradation de la qualit de celles-ci. Laugmentation des teneurs en nitrates dans les eaux peut tre dorigine diffuse (entranement des nitrates provenant des engrais minraux ou organiques non utiliss par les plantes), ou bien dorigine ponctuelle (rejets deaux uses domestiques, agricoles ou industrielles).
Les risques sanitaires pour lhomme concernent essentiellement la mthmoglobinmie (ou cyanose) du nourrisson : les nitrites provenant de la transformation des nitrates dans lorganisme peuvent transformer lhmoglobine en mthmoglobine diminuant ainsi les capacits doxygnation des tissus. Ce phnomne touche plus particulirement des populations sensibles, dont les nourrissons. De plus, un effet cancrigne li aux nitrosamines a t dmontr chez lanimal, mais na pas t formellement tabli chez lhomme.
Le Code de la Sant Publique a fix la teneur limite en nitrate dans les eaux 50 mg/l avec une recommandation fixe par lorganisation mondiale de la sant 25 mg/L.

Pesticides

Les pesticides ou produits phytosanitaires sont des substances chimiques, organiques pour la plupart, utilises pour protger les cultures et les plantations contre les espces animales ou vgtales nuisibles, ainsi que pour dsherber les espaces agricoles ou autres (voiries, jardins,).
Leur mode daction, leurs modalits dutilisation, leurs proprits et leur comportement dans le sol et le sous-sol sont trs variables. Certains composs peuvent migrer vers les nappes deaux souterraines, ou plus frquemment tre entrans par ruissellement vers les eaux superficielles.
Les risques dintoxication aigu sont identifis, et touchent essentiellement les utilisateurs lors de mauvaises manipulations. Les risques lis une exposition rpte, par ingestion de faibles doses, sont moins bien dcrits, mais des effets cancrignes ou mutagnes long terme (exposition sur une vie entire) sont suspects pour certaines molcules.
Le Code de la Sant Publique impose une limite de qualit pour les pesticides de 0,1 μg/l par substance (ou par produit de dgradation de ce pesticide), et de 0,5 μg/l pour le total des substances.


Source: DDASS Haute-Loire Service Santé Environnement
Dpartement de la Haute-Loire
FEDER Agence de l'Eau Loire-Bretagne
Dpartement de la Haute-Loire FEDER Agence de l'Eau Loire-Bretagne
adresse: http://www.ode43.fr/index.php?page=145

Plan

Liens