Flore de Haute-Loire


Baldingère faux Roseau - Phalaris arundinacea

Classe Liliopsida
Ordre Cyperales
Famille Poaceae
Genre Phalaris

Grande Graminée (1 m env.) à feuilles assez larges (1-1,5 cm) et rudes, elle dresse sa tige à panicule allongée et lobée, vert blanchâtre ou violacée. La ligule est large et ovale.
Cette Poacée est répandue, surtout à basse altitude autour des marais, étangs, mares mésotrophes et bras morts. Elle est aussi présente dans les mégaphorbiaies proches des bords de rivières, les forêts alluviales résiduelles, les sablières et les fossés.

Consultez la fiche de la Baldingère faux Roseau sur Tela Botanica

Comaret, Potentille des marais - Potentilla palustris

Classe Magnoliopsida
Ordre Rosales
Famille Rosaceae
Genre Potentilla

Le Comaret possède des rhizomes qui se redressent en tiges portant des feuilles composées pennées à 5-7 folioles vert foncé dessus, grisâtres un peu veloutées dessous, allongées et dentées. Les fleurs pourpre foncé, assez grandes, sont visibles une grande partie de l'été. On remarquera que les pétales sont beaucoup plus courts que les sépales.
Le Comaret, souvent associé au Trèfle d'eau assure la même fonction écologique que celui-ci : en entrelaçant leurs rhizomes, ces deux espèces et quelques autres contribuent à l'édification des radeaux et temblants préparant le marais de transition.

Consultez la fiche de la Potentille de marais sur Tela Botanica.

Gentiane pneumonanthe ou Gentiane des marais - Gentiana pneumonanthe

Classe Magnoliopsida
Ordre Gentianales
Famille Gentianaceae
Genre Gentiana

C'est à partir du mois d'août que les fleurs de cette Gentiane attirent le regard : d'un bleu profond, grandes (env. 4 cm) elles s'épanouissent à l'extrémité de la tige dressée (10 à 50 cm) à feuilles allongées sessiles, à une nervure et un peu enroulées en dessous, disposées par paires. On remarquera qu'une bractée sur deux seulement porte une fleur à son aisselle. Les fruits, secs, sont des capsules à deux loges.
C'est dans les marais drainés de longue date et asséchés que la Gentiane pneumonanthe est la plus fréquente : nardaies, landes et prairies humides dans lesquelles le niveau d'eau est largement fluctuant. On la trouve plus fréquemment sur les franges Est et Sud Est du département de même que dans les zones humides du plateau de Devès et de la Margeride.

Consultez la fiche de la Gentiane pneumonanthe sur Tela Botanica.

Gratiole officinale - Gratiola officinalis

Classe Magnoliopsida
Ordre Scrophulariales
Famille Scrophulariaceae
Genre Gratiola

Belle Scrophulariacée récoltée autrefois sur les bords de la Loire et de l'Allier (Herbiers du Musée Crozatier du Puy), récemment retrouvée vers Langeac.

Consultez la fiche de la Gratiole officinale sur Tela Botanica.

Jonc des chaisiers ou Scirpe des lacs - Schoenoplectus lacustris

Classe Liliopsida
Ordre Cyperales
Famille Cyperaceae
Genre Schoenoplectus

Le Jonc des chaisiers se présente le plus souvent en populations denses autour des marais. Il élève jusqu'à 2 - 2,5 m des tiges cylindriques, robustes, vert foncé à toucher spongieux. Les feuilles, réduites à leurs gaines restent à la base. Des ombelles d'épis ovoïdes, brun ferrugineux sont placées latéralement à l'extrémité de la tige.
La Scirpe des lacs forme la ceinture la plus externe des marais ou étangs mésotrophes en cours d'atterrissement. La plante est ancrée dans la vase et la matière organique en voie de décomposition par des puissants rhizomes ramifiés horizontaux.

Consultez la fiche du Jonc des chaisiers sur Tela Botanica.

Jonc diffus - Juncus effusus

Classe Equisetopsida
Ordre Poales
Famille Juncaceae
Genre Juncus

Ce jonc de 40-80 cm de haut est formé des tiges alignées provenant d'un rhizome peu profond. Chaque tige, qui porte quelques feuilles réduites à des écailles roussâtres à la base, est vert foncé et assure une grande partie de la photosynthèse. L'unique bractée, longue et aiguë, pouvant être confondue avec le prolongement de la tige, est située au-dessus de l'inflorescence.
Le jonc diffus se rencontre dans les marais, sur les bords de nappes d'eaux stagnantes, les prairies humides sur sol tassé, très mouillé de l'automne au printemps et s'asséchant en été, les fossés et chemins creux.

Consultez la fiche du Jonc diffus sur Tela Botanica.

Laitue vivace - Lactuca perennis

Classe Magnoliopsida
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Lactuca

Il s'agit d'une belle Laitue à capitules ligulés bleus, très étalés sur de nombreux rameaux. Les ligules, à 5 petites dents, surmontent un involucre cylindrique. Les feuilles sont divisées en lobes étroits à disposition pennée.
La Laitue pérenne, plante d'affinité méditerranéenne, est installée sur les rochers basaltiques ou schisteux dans les vallées abritées, plus rarement dans les pelouses et landes xérothermophiles.

Consultez la fiche de la Laitue vivace sur Tela Botanica.

Linaigrette à feuilles étroites - Eriophorum polystachion

Classe Equisetopsida
Ordre Poales
Famille Cyperaceae
Genre Eriophorum

En dépit de sa taille variable, cette Linaigrette assez commune dans les zones humides, se reconnaît à ses feuilles planes de moins de 6mm de largeur et son inflorescence constituée de plusieurs épis penchés couverts de soies blanches allongées.
Commune dans les marais, elle est aussi assez fréquente dans les prairies humides sur sol tourbeux, en particulier près des sources et ruisselets et dans les queues d'étangs.

Consultez la fiche de la Linaigrette à feuilles étroites sur Tela Botanica.

Massette à larges feuilles - Typha latifolia

Classe Liliopsida
Ordre Typhales
Famille Typhaceae
Genre Typha

Cette plante robuste, de 1 à 2 m de haut, orne les pièces d'eaux et fossés, de ses longues feuilles rubanées un peu glauques et surtout de son épi de fleurs femelles cylindrique, brun et velouté, surmonté de l'épi de fleurs mâles plus grêle et de couleur claire. Aucun espace ne sépare l'épi mâle de l'épi femelle.
Parfois improprement nommée Roseau, il ne faut pas la confondre avec le vrai Roseau (Phragmites australis) de forme et constitution très différentes.
Plante des ceintures développées autour des étangs et des bras morts mésotrophes à eutrophes à l'étage collinéen, mais dont quelques stations sont aussi présentes à l'étage montagnard. Elle est fréquente dans les fossés et les carrières à fond argileux.

Consultez la fiche de la Massette à larges feuilles sur Tela Botanica.

Ményanthe, Trèfle d'eau - Menyanthes trifoliata

Classe Magnoliopsida
Ordre Solanales
Famille Menyanthaceae
Genre Menyanthes

Le Ményanthe étale au-dessus des eaux des feuilles à 3 folioles ovales beaucoup plus grandes que celles des Trèfles auxquels son nom vernaculaire fait allusion. Elles sont rattachées par un long pétiole à des rhizomes horizontaux ramifiés et entrelacés. Les fleurs, en forme d'étoile, sont remarquables par leurs pétales blancs et rosés munis de longs cils.
Le Trèfle d'eau joue, avec le Comaret, un rôle essentiel dans la formation des radeaux qui avancent sur les eaux libres à certains stades de la formation des marais. Ses rhizomes s'enchevêtrent avec ceux de quelques autres espèces et servent ensuite de support aux Sphaignes qui forment les tourbières montagnardes.

Consultez la fiche du Ményanthe sur Tela Botanica.

Nard raide - Nardus stricta

Classe Liliopsida
Ordre Cyperales
Famille Poaceae
Genre Nardus

Plante vivace de taille très modeste (40cm au plus) qui compose un gazon très dense, hérissé de feuilles courtes et assez raides, enroulées, filiforme.

Consultez la fiche du Nard raide sur Tela Botanica.

Oenanthe aquatique - Oenanthe aquatica

Classe Magnoliopsida
Ordre Apiales
Famille Apiaceae
Genre Oenanthe

Les tiges très ramifiées sont couchées à la base et se redressent jusqu'à 50-60cm. Les feuilles, vert pâle, sont divisées plusieurs fois en lobes très petits et allongés (ceux qui sont submergés sont même linéaires). Les ombelles semblent insérées en face des feuilles et sont constituées de 6-12 rayons grêles. Les fleurs sont blanches et petites.
Quelques stations d'Oenanthe aquatique subsistent sur les bordures vaseuses de quelques marais collinéens.

Consultez la fiche de l'Oenanthe aquatique sur Tela Botanica.

Renoncule aquatique - Ranunculus gr. aquatilis

Classe Magnoliopsida
Ordre Ranunculales
Famille Ranunculaceae
Genre Ranunculus

Les Renoncules du groupe aquatique sont caractérisées par des feuilles de deux formes très différentes: celles qui sont submergées sont divisées en lanières fines qui, quand on les retire de l'eau, se rassemblent en "pinceau"; celles qui flottent à la surface portent, à l'extrémité d'un long pétiole, un limbe arrondi, divisé en 3-5 lobes plus ou moins profondément dentés. Les fleurs sont blanches, les pétales portant à leur base une tache jaune.
Ce groupe comprend R. aquatilis, la Renoncule aquatique, R. peltatus, la Renoncule peltée, R. penicillatus, la Renoncule en pinceau. Ne pas confondre avec les Renoncules à fleurs blanches possédant des feuilles toutes de même forme en fines lanières (R. circinatus, R. fluitans, R. trichophyllus) et les Renoncules possédant uniquement des feuilles lobées (R. hederaceus).

Consultez la fiche de la Renoncule aquatique sur Tela Botanica.

Renouée amphibie - Polygonum amphibium

Classe Magnoliopsida
Ordre Polygonales
Famille Polygonaceae
Genre Polygonum

Cette plante peut se développer dans l'eau ou sur le sol humide. Les tiges de la plante aquatique peuvent mesurer 1,5 m de long. Les feuilles flottantes sont entières, allongées, tronquées à la base, glabres et pâles dessous ; au niveau de l'insertion du pétiole, la tige porte une pièce cylindrique engainante de couleur blanchâtre (ochréa). La plante qui fleurit régulièrement dans l'eau porte, au somment d'une longue tige, un épi rose, cylindrique, dense et trapu. Le fruit (akène) est petit, brun et luisant. Les tiges de la plante terrestre (qui fleurit peu) sont beaucoup plus courtes et portent des feuilles plus petites, plus minces et duveteuses.
Aquatique, la plante forme des populations souvent recouvrantes, dressant ses nombreux épis au-dessus des eaux calmes oligotrophes ou mésotrophes des étangs, lacs ou bras morts des rivières. Plus fréquente à basse altitude, elle est aussi présente à l'étage montagnard. La forme terrestre (développée hors de l'eau) peut souvent être observée à proximité, sur les rivages et les prairies humides à tourbeuses.

Consultez la fiche de la Renouée amphibie sur Tela Botanica.

Rossolis à feuilles rondes - Drosera rotundifolia

Classe Magnoliopsida
Ordre Caryophyllales
Famille Droseraceae
Genre Drosera

Cette petite plante carnivore étale sur le sol une rosette de feuilles vert pâle couvertes de poils rougeâtres : sur le limbe arrondi, au sommet d'un long pétiole, on observe fréquemment un petit insecte immobilisé. Au centre de la rosette se développe une tige grêle portant à son sommet un épi de fleurs blanches à 5 pétales, enroulé en crosse à l'extrémité.
Cette petite plante carnivore est installée sur les parties les plus oligotrophes des tourbières, en particulier sur les buttes de Sphaignes, mais aussi près des gouilles et dépressions et dans les marais de transition. Sa biologie originale lui permet de pallier les insuffisances du substrat en matière azotée.

Consultez la fiche de la Rossolis à feuilles rondes sur Tela Botanica.

Rubanier rameux - Sparganium erectum

Classe Liliopsida
Ordre Typhales
Famille Sparganiaceae
Genre Sparganium

Le plus commun des Rubaniers dresse, au-dessus de sa rosette de feuilles en forme de ruban, sa robuste tige ramifiée à plus de 50 cm de hauteur. Il porte deux sortes de capitules groupés en panicule : des capitules femelles gros et vert pâle, situés à la base des rameaux, des capitules mâles, plus petits et plus nombreux à leur extrémité.
Marais et bord des eaux mésotrophes stagnantes à faiblement courantes. Plus fréquent à l'étage collinéen mais présent aussi dans quelques bas-marais montagnards et mégaphorbiaies.

Consultez la fiche du Rubanier rameux sur Tela Botanica.

Scirpe des marais - Eleocharis palustris

Classe Liliopsida
Ordre Cyperales
Famille Cyperaceae
Genre ?

Cette plante est formée de nombreuses tiges espacées, lisses, vert sombre et sans feuilles, de hauteur très variable (5 à 50 cm). Chacune évoque un petit jonc... A l'extrémité de chaque tige se dresse un petit épi ovale brun jaunâtre, encadré de 2 bractées à la base.
Espèce à stolons commune des végétations amphibies des bords de lacs et étangs ainsi que des bras morts riverains. Parfois dans les prairies humides longuement inondées.

Consultez la fiche de la Scirpe des marais sur Tela Botanica.

Scorzonère humble - Scorzonera humilis

Classe Magnoliopsida
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Scorzonera

Les feuilles étroites, à nervures parrallèles, sont pour la plupart groupées à la base. La tige, un peu cotonneuse au sommet, porte un grand capitule jaune dont les bractées de l'involucre sont disposées sur plusieurs rangs, les extérieures beaucoup plus courtes. Les fleurs sont toutes ligulées et dépassent l'involucre. Les fruits sont des akènes surmontés d'une aigrette d'un blanc sale. A la cassure, la plante exsude du latex.
Prairies des étages collinéen supérieur et montagnard, nardaies sur sol tourbeux toujours acide et humide. Bas-marais, fossés de drainage.

Consultez la fiche de la Scorzonère humble sur Tela Botanica.

Sphaigne, Orchis des sphaignes - Sphagnum sp.

Classe Sphagnopsida
Ordre Sphagnales
Famille Sphagnaceae
Genre Sphagnum

Ces espèces de bryophytes sont à l'origine de la formation des tourbières par accumulation de leur matière organique. Les sphaignes, organismes végétaux sans racines ni vrais tissus conducteurs, ont une croissance continue par leur extrémité apicale alors qu'elles meurent par leur base accumulant ainsi la matière organique peu décomposée dans un milieu humide acide et anaérobie.
Les sphaignes sont des mousses qui forment des coussins verts, parfois rougeâtres, gorgés d'eau. Les tiges sont dressées, hautes de 10 à 40 cm, et portent tout autour de courtes branches. De petites feuilles en écailles poussent sur les tiges et les branches. Les sphaignes s'allongent rapidement (environ 3 cm par an). Les parties mortes, à la base des coussins, constituent la tourbe.

Consultez la fiche de la Sphaigne sur Tela Botanica.

Utriculaire vulgaris - Utricularia gr. vulgaris

Classe Magnoliopsida
Ordre Scrophulariales
Famille Lentibulariaceae
Genre Utricularia

Cette plante carnivore est immergée. Ses feuilles sont découpées en fines lanières. Certaines portent une vésicule translucide pourvue d'une valve qui s'ouvre vers l'intérieur: ce piège à petits insectes et crustacées aquatiques porte le nom d'utricule. Les fleurs se forment rarement. Elles sont situées à l'extrémité d'un long pédoncule et émergent de l'eau. La corolle, jaune vif, est à deux lèvres.
Les utricules fonctionnent comme des pièges pour les animalcules qui pénètrent et ne peuvent plus ressortir. Il semble que des bactéries, contenues dans la vésicule, facilitent la digestion des protéines: c'est ainsi que la plante assure sa nutrition azotée. Les Utriculaires possèdent de nombreux bourgeons chargés de réserves enfouis dans la vase durant l'hiver: ils assurent à la fois le passage de la mauvaise saison et la multiplication végétative. Dan le groupe U. vulgaris, on distingue U. vulgaris, à fleur à lèvre inférieure en "selle de cheval" et U. australis (l'Utriculaire australe) à fleurs à lèvre inférieure plus étalée (il semble que ce soit cette dernière espèce qui est présente en Haute-Loire).
U. minor, la Petite Utriculaire, à fleurs petites jaunes pâles et une partie des rameaux translucides est cantonnée dans les eaux oligotrophes des dépressions de quelques hauts-marais tourbeux dans le Livradois et le Devès.

Consultez la fiche de l'Utriculaire vulgaris sur Tela Botanica.


Source: CBNMC (textes), Latitude UEP, SATEA (photos)
Département de la Haute-Loire
FEDER Agence de l'Eau Loire-Bretagne
Département de la Haute-Loire FEDER Agence de l'Eau Loire-Bretagne
adresse: http://www.ode43.fr/index.php?page=215

Plan

Téléchargement

Liens