Histoire d'eau et des hommes sur le territoire de Landos

Collège R.L. Stevenson de Landos

Notre collège Robert Louis Stevenson est situé sur la commune de Landos sur le plateau du Devès. De nombreuses sources alimentent nos villages, la Loire est notre voisine et les Narces de la Sauvetat, classées site naturel sensible, sont toutes proches de notre collège. Nous vivons donc sur une commune privilégiée et riche en eau et c'est pourquoi, afin d'être plus attentifs à la préservation de cette richesse patrimoniale, nous avons étudié avec l'aide de nos professeurs l'histoire de l'eau et des hommes sur notre territoire.
Le Conseil Général a permis que ce projet se réalise en nous aidant financièrement et en nous offrant la possibilité de faire appel à des intervenants. Les deux classes de 5ème du collège ont participé au projet.

Nous nous sommes posés différentes questions:

D'où vient l'eau et où passe-t-elle ?

Après une étude du cycle de l'eau en cours de physique, nous nous sommes interrogés sur le devenir de l'eau sur notre territoire. Nous avons abordé les notions de ruissellement, d'infiltration, d'accumulation, de modelé du paysage et de bassin versant. Des sorties sur la Loire (ruissellement), au marais de la Sauvetat (accumulation), le long du ruisseau des Fouragettes (modelé du paysage, bassin versant) et à la station de captage de la source des Empèzes (infiltration) qui alimente Landos, ont permis de concrétiser toutes ces notions.
Chaque sortie ou intervention a donné lieu à un compte rendu sous la forme d'une page web.

A quoi sert l'eau ?

Milieu de vie des espèces aquatiques :

Une intervention de M. ROA de la Fédération de pêche nous a montré que l'eau était en premier lieu un milieu de vie pour les espèces aquatiques. Nous avons étudié le peuplement animal du ruisseau des Fouragettes : la truite Fario et l'écrevisse à pattes blanches. Une pêche électrique sur la même rivière, l'analyse biologique et une pêche aux invertébrés dans le ruisseau des Empèzes à Landos, interventions animées par des intervenants de l'ONEMA (office national de l'eau et des milieux aquatiques), nous ont permis d'approfondir nos connaissances.

Enfin les élèves de seconde de l'ISVT de Vals nous ont reçu le long de la Borne aux Estreys pour nous expliquer « le Sentier de l'eau » : on a pu découvrir leur projet Défi Ecol'eau et ainsi étudier grâce à leur intervention le peuplement de la Borne.

Alimentation en eau potable

Nous avons fait une enquête pour savoir comment étaient alimentés nos villages en eau potable
L'eau provient de sources et en général le captage de ces sources date des années 50. Chaque village dispose aussi d'une fontaine, d'un lavoir et d'un abreuvoir. Une sortie aux Archives Départementales nous a permis de consulter les documents se rapportant à la création de ces points d'eau.

Sortie aux archives départementales

Enfin, M. Laurent Poumarat, technicien à La DASS, nous a expliqué les critères de potabilité de l'eau, il nous a renseigné sur les analyses effectuées sur l'eau, leur fréquence et les lieux de prélèvements (source, réservoir, robinet). Nous avons appris que l'eau du collège comme l'eau de toute la commune de Landos, comme toutes les eaux qui proviennent du Devès étaient très propres et ne nécessitaient la plupart du temps aucun traitement.

Quel est l'impact de l'homme sur l'eau ?

Les eaux usées :

Une intervention menée par Laurent Pays du STA ( service technique d'assainissement du conseil général), sur le circuit de l'eau à Landos nous a amenés à nous interroger sur les eaux usées : Que deviennent-elles ?
Nous avons étudié les différents procédés d'épuration (station d'épuration, fosses sceptiques, bassins de lagunage). Ainsi à Landos et dans la plupart des petits villages du plateau du Devès, l'eau est souvent épurée grâce à des bassins de lagunage, alors que pour une agglomération de la taille du Puy, une station d'épuration plus importante est nécessaire : on a visité la station de Chadrac. On a étudié les différentes étapes de l'épuration et on a visité le laboratoire d'analyses.

Les activités agricoles :

Nous avons abordé la notion de périmètre de protection lors du captage de l'eau et nous avons compris l'importance de la qualité des sols pour ne pas polluer les nappes phréatiques. Lors de l'intervention de M. Poumarat, nous avons vu l'impact négatif sur la qualité de l'eau que peuvent avoir les pesticides et les nitrates (contenus dans les engrais) ; Nous savons maintenant combien il faut être vigilant et prudent dans l'emploi de ces produits.

Le marais de la Sauvetat :

A quelques kilomètres de notre collège, se trouve une zone humide, le marais de la Sauvetat. Le ruisseau des Fouragettes y prend sa source. Même si le marais a été exploité pour sa tourbe pendant de nombreuses années, il recèle encore des richesses et grâce à nos professeurs et aux intervenants du CPIE nous avons compris les différents intérêts d'un tel lieu et la nécessité de le préserver.

Les intérêts d'une zone humide:

Une zone humide est une grosse « éponge » qui retient l'eau et permet ainsi d'éviter les crues. Elle a aussi un grand pouvoir d'épuration, c'est pour cela que les ruisseau des Fouragettes est pur et que l'on y trouve encore des écrevisses à pattes blanches.

La flore:

Une sortie sur le marais de La Sauvetat conduite par un animateur du CPIE du Velay nous a donné un aperçu de la diversité des espèces végétales qui vivent dans ce site. "C'est un véritable musée naturel" nous a dit notre guide. Une première vue d'ensemble nous permet de remarquer différentes zones:

  • le ruisseau et ses abords, avec la zone à roseaux
  • les prairies avec des plantes qui fleurissent
  • la zone à arbres et arbustes

Les abords du ruisseau :

Des carex avec une tige triangulaire et des feuilles coupantes forment des petits monticules: des touradons. Parmi eux se trouve une espèce rare: le carex cespitosa.
Nous avons observé également des touffes de menthes sauvages, la benoite des ruisseaux...

Les plantes des prairies :

L'animateur nous a fait remarquer que dans les endroits où le terrain est riche poussent des herbes ; dans les zones plus pauvres se développent les plantes qui fleurissent.
Nous marchons alors en file indienne dans le prés et nous découvrons quelques espèces caractéristiques de ce milieu.

  • le populage: c'est la renoncule des marais
  • le salsifis des prés avec une fleur semblable à celle du pissenlit
  • la renouée bistorte avec un racine tordue 2 fois
  • l'epipactis des marais: c'est une orchidée dont la fleur imite l'odeur du bourdon femelle pour attirer les mâles
  • le cyrs ou chardon des marais
  • le séneçon à feuille spatulée, espèce protégée
  • le lychnis, fleur des coucous

La zone à arbres et arbustes :

Les saules constituent les principales espèces. Parmi eux, nous avons observé un saule nain : le saule des lapons adapté au climat froid.
Une plante particulière constituée d'éléments emboîtés a attiré notre attention. C'est la prêle. Ces végétaux vivaient,il y a des millions d'années.

Département de la Haute-Loire
FEDER Agence de l'Eau Loire-Bretagne
Département de la Haute-Loire FEDER Agence de l'Eau Loire-Bretagne
adresse: http://www.ode43.fr/index.php?page=157

Plan